Prises de rendez-vous pour les radiographies, les échographies :

tél. : 03 89 53 70 70.
ou sur place au
20, rue de Kingersheim
68270 Wittenheim
De 8 à 12 heures et
de 14 heures à 18 heures

 


Prises de rendez-vous pour les scanners et les IRM :

 au
20, rue de Kingersheim

68270 Wittenheim 

(Un dossier doit impérativement être rempli pour votre sécurité)

 

 
ATTENTION : Pour être remboursé par la sécurité sociale vous devez impérativement avoir déclaré votre médecin traitant à la sécurité sociale. 

 


Pour prendre rendez-vous, munissez-vous de votre ordonnance et de votre carte SESAM-Vitale.
 
Avant votre examen : Enlevez vos bijoux, chainettes, boucles d'oreilles, percings.....

Horaires :
Du lundi au vendredi
de 8hà 12h et de 13h à 18h.
Le samedi de 8h à 12h

Les risques liés à l'utilisation de rayons X ne sont pas négligeables.

 

FAUT-IL SUPPRIMER TOUT RISQUE?

En fait il n'y a actuellement pas de remplacement complet des techniques irradiantes par d'autres techniques. Le fait de ne plus utiliser les rayons X conduirait à des diagnostics non faits, et donc à un risque pour la santé des patients et de la population. Il convient par contre :

-  de remplacer autant que possibles les rayons X par d'autres techniques (magnétisme : IRM ou ultrasons : échographie).

- de limiter l'irradiation quand on utilise les rayons X.

 

QUELS SONT LES RISQUES?

 

Les risques immédiats (brûlures par exemple) sont souvent dépendant de la dose délivrée sur un même examen.

Les risques à distances (cancers radio-induits par exemple) sont plus liés à l'accumulation des doses sur plusieurs examens successifs.

 

QUE PEUT-ON FAIRE?

Les risques immédiats sont contrôlables par le bon réglage des appareils, la formation du personnel, les normes de contrôle. Ce sont eux qui ont été mis en cause dans des évènements récents (Epinal, Strasbourg..) Le respect des règles doit permettre d'éliminer ces risques.

 

Les risques à distances sont liés à de mauvaises prescriptions, à l'accumulation d'examens plus ou moins utiles, à des choix techniques imposant des irradiations non utiles. La connaissance des risques et le choix permanent de la bonne technique pour arriver au diagnostic nécessaire limite l'accumulation des doses au cours de la vie d'une même personne et donc le risque de développer un cancer.

Mars 2010 :

 

L’INVS et l’IRSN publient leur rapport relatif à l’exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical réalisés en 2007 (le dernier rapport avait été publié en 2002)

74,6 millions d’actes de diagnostic utilisant les rayonnements ionisants ont été réalisés en France en 2007. Radiologie conventionnelle : 63 % des actes, dentaire 24,7 %, scanner 10,1 % et médecine nucléaire : 1,6 %.

Les données 2007 ont permis une analyse plus fine de l’exposition :

-          Une augmentation significative du nombre des examens scanner (+ 26 %) et médecine nucléaire (+ 38 %) entre 2002 et 2007

-          Une plus grande part des examens scanner explorant le thorax, l’abdomen et le pelvis,

-          Une augmentation du nombre d‘examens associant la TEP à un examen scanner

Les actes de diagnostic médical en France conduisent à une dose efficace égale à 1,3 (mSv) en moyenne par an/individu (Etats Unis : 3 mSv, Belgique : 2mSv, Royaume Uni : 0,4 mSv).

Rapport IRSN INVS « Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2007 »